é

LA CHAPELLE DE CHÂTEAUVIEUX

XIème SIECLE

A l'intérieur de la Chapelle, on peut remarquer une déviation sensible d'axe entre la nef et le choeur qui pourrait s'expliquer par une édification en deux temps, des difficultés liées au terrain ou, thèse des géobiologistes, pour suivre les ruissellements.

                                                   

L'église présente une nef de trois travées à voûtes d'arêtes qui ont sans doute remplacé au XVIIème siècle la charpente en bois reposant sur des corbeaux encore visibles. Les murs sont rythmés de grandes arcades de plein cintre retombant sur des piliers massifs. L'arc triomphal est plein cintre.

A la croisée du transept, non débordant, une coupole très fruste repose sur une série d'arcs en décrochements successifs. Cette accumulation d'arcades dans un espace très restreint crée un volume complexe très dynamique dont l'inspiration peut être cherchée en Auvergne.

L'abside est très profonde et les absidioles minuscules, sans autel. L'une de ces absidioles est éclairée, au fond, d'une petite fenêtre taillée dans un bloc de pierre. L'autre a été obturée à la fin du XVIIème siècle lors de l'adjonction d'un escalier d'accès au clocher.

La poutre de gloire, très simple, en bois, porte l'inscription: "MA DOLEVR TE CONVIE A CORIGE TA VIE". Elle est surmontée d'un très beau Christ en bois (XVIIème siècle) d'une facture très naïve. Ce n'est pas un Christ souffrant mais un Christ souriant, rayonnant.

                                                  

Le choeur est voûté en berceau plein cintre. La table du maître-autel, en pierre calcaire, a été découverte lors de la restauration de l'église. Elle surmonte une pierre sculptée d'une croix grecque pattée, d'époque romane.

 

                                                  

                                                                                                                                                                                                                                                

 

Le sol, ancien, en grandes dalles de schiste, est conservé sur toute sa surface.

Le bénitier double, en granit, possède une petite vasque pour les enfants. La vasque supérieure porte la date 1669 et deux visages grimaçants.

                                                                                    

Près de l'absidiole droite, on remarque un catafalque de quarantaine en bois peint de façon très naïve.

 

                                                                                    

      

Enfin, la chapelle renfermait autrefois une superbe croix de procession cuivre-argent, datant du XVIème siècle, portant sculpture du Christ sur une face et de la Vierge à l'enfant sur l'autre.

                                                                                  

Cette croix, classée depuis 1982, est exposée  dans une vitrine de l'église d'Yzeron.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

 

 

 

ê